mardi, 30 novembre 2021|

7 visiteurs en ce moment

 

Teasing du livre sur le mouvement motard concernant le contrôle technique !


Je n’ai pas pris le temps de le faire avant, mais voici un extrait du livre sur le mouvement motard que je rédige depuis presque 3 ans maintenant. Quand on me parle du contrôle technique moto, je cite la mise en place de celui pour les autos (Je me trompe d’un an à chaque fois d’ailleurs !).

Voici ce que j’appelle la stratégie du "pied dans la porte par le commercial". Si on laisse passer un peu pour le CT moto, on l’aura dans le baba dans quelques temps, car les réseaux de contrôle gagneront suffisamment d’argent pour rendre le CT plus contraignant, et là, ils auront l’argent pour investir !

"En ce milieu de décennie, interviennent deux règlements majeurs. Ils ne touchent pas directement les motard, mais les impacteront plusieurs années après.
➔ ➔ Le premier est l’arrêté du 4 juillet 1985 fixant « l’obligation du contrôle technique voiture sans obligation de réparation en cas de défectuosité, pour les véhicules de cinq ans d’âge et plus faisant l’objet d’une transaction ». Les motards s’opposent au contrôle technique pour les motos depuis 20 ans environ. Là encore, aucune étude ne prouve l’impact de l’état du véhicule sur l’accidentalité routière. Au contraire même, le rapport MAIDS vient préciser la faible proportion d’accidents liée à l’état de la moto. Aucune étude n’associe non plus l’accidentalité en auto à l’état du véhicule. Si les automobilistes s’étaient mobilisés à l’époque, l’idée d’un contrôle technique ne serait pas aussi bien entré dans les esprits, y compris des nouvelles générations de motards. On peut voir qu’une partie des motards, plutôt nouveaux, également automobilistes réguliers, peu bricoleurs, sont plus enclins à accepter le contrôle technique moto sur l’argument de sécurité ou de protection à la revente.
On remarquera que l’arrêté de 1985 est probablement l’origine de cet argument que les pouvoirs publics reprennent sur le contrôle technique moto actuellement, après les oppositions de rue et de couloir du mouvement motard : en cas de défaillance ou de transaction. On présente donc le contrôle technique comme une protection du consommateur. L’argument tombe assez rapidement : une partie des motards fait lui-même son entretien et constate donc les usures. De plus, la moto est facile à inspecter visuellement, on peut observer rapidement la plupart des éléments de sécurité. Enfin, la conduite d’une moto donne beaucoup plus d’indications sur son état que celle d’une voiture qui corrige, par ses quatre roues, les faiblesses de certains organes. L’électronique embarqué des motos rejoint celle des voitures, les capteurs augmentent en nombre (pression des pneus, usures diverses)"

Quelques arguments de plus pour vos discussions...


Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
A propos de Le blog de Guillaume
Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
En savoir plus »