Retour à l'accueil du site

Mardi passait à l’assemblée nationale le débat final d’examen du projet de loi sur l’activité et la relance, dite "loi Macron", du nom du Ministre de l’économie qui la porte.
Le projet de loi est un assemblage de mesures diverses, intervenant dans plein de secteurs économiques. Pour Ressources Solidaires, j’en ai suivi plusieurs aspects, en voici un condensé [1].

Plusieurs des aspects me chagrine, le premier en chef étant le travail du dimanche. Ce faux nez patronal propose sous couvert de la faiblesse des salaires proposés dans le secteur d’élargir [2] le nombre de dimanches travaillés dans des zones touristiques (ou assimilées comme telles). Mon propos n’est pas de défendre le jour du seigneur [3], mais l’idée d’un jour socialisé permettant à l’ensemble de la population active de se retrouver dans des temps libérés de la tutelle professionnelle, des temps familiaux ou sociaux, comme bon lui semble. L’alternative que les médias et le Gouvernement nous présentent est donc que les Français n’attendraient que l’ouverture des magasins du dimanche pour consommer ? A cela, je réponds (au moins) deux choses :

  • Quand on a 100 euros à dépenser, l’ouverture du dimanche ne m’en fera pas dépenser 150 !
  • L’alternative progressiste proposée n’est qu’une nouvelle journée de consommation, et non un projet de socialisation et/ou républicain !

Ce projet de loi n’est pas un projet de gauche tel que j’entends défini la gauche comme un élan de transformation sociale et d’émancipation de l’invidiu par le collectif. Là, c’est un projet de déréglementation tous azimuts, mettant au même niveau des professions réglementées, des salariés dominicaux et les instances représentatives du personnel.

Peu importe, vous aurez compris que je ne soutiens en rien ce projet, et même l’offensive contre les professions réglementées ne récolte pas mon soutien, tellement, c’est mal abouti, mal ficelé et symbolique.
Hier, nous avons pu assisté à un bras de fer formidable... Et je rappelle que "formidable" dans son premier sens veut dire "qui fait peur"... Je rappelle les faits...

Nous avons au pouvoir :

  • Un Président de la République élu avec 51,63% des voix
  • Un premier ministre minoritaire dans son parti puisqu’arrivé dernier des primaires
  • Un ministre de l’économie n’ayant jamais porté de campagne électorale puisque jamais candidat

Et ce joli petit monde utilise le levier du 49.3 pour faire passer une loi dont ni la droite, ni une majorité de gauche ne veut ! Attention, je ne dis pas qu’il ne faile pas qu’elle soit votée (Je ne suis pas sur le fond de la loi) mais je dis que la démocratie vient d’en prendre un sacré coup dans les roustons (Là je parle du fond du fond !).

Comment 3 hommes peuvent passer en force de cette façon ? Juste parce qu’ils croient en leur texte et que la constitution le leur permet !

Il est temps de changer de République...

Notes

[1non exhaustif, mais qui couvre pas mal quand même !

[2en laissant le choix aux collectivités territoriales ! Un comble !

[3Faut pas déconner !

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



‹‹ Redonnez le bon chiffre au bon homme politique ! "On a retrouvé la moto de Amedy Coulibaly !"... Ouais... Et alors ? ››