Retour à l'accueil du site

prolonger la lecture — En savoir plus ?

Pourquoi cet appel ? Parce que les habitudes de lecture changent. Parce que de plus en plus de lecteurs veulent pouvoir lire Politis à tout moment dans une version numérique, et sur tous les supports, tandis que d’autres restent attachés à leur hebdomadaire imprimé. Politis se doit de répondre à l’attente des uns et des autres.

L’indépendance, un bien précieux

Il lui faut donc développer un vrai projet bimédia, sans lequel Politis se condamnerait à subir la crise du papier, synonyme d’érosion de son audience et de disparition. C’est, bien sûr, le lot de tous les journaux imprimés. Mais, pour faire face à leurs besoins de financement, la plupart d’entre eux se sont vendus à de grands groupes industriels ou financiers. Pour Politis, l’indépendance n’est pas négociable. Ce journal appartient à
celles et ceux qui le conçoivent, l’écrivent, le fabriquent, et le lisent. L’association qui les réunit est l’actionnaire majoritaire de Politis. Elle participe à tous les aspects de la vie du journal. Il ne peut être question de remettre en cause cette architecture originale. C’est pourquoi nous nous tournons aujourd’hui vers tous ceux qui sont attachés à une presse indépendante. Eux seuls peuvent assurer l’existence et la pérennité de Politis et lui permettre de se développer dans le respect de ses principes.

Au-delà du sort d’un journal, il en va du pluralisme. Il n’y a pas de pluralisme sans indépendance. deux médias, un même projet. Le projet bimédia, c’est, pour Politis, se
doter de nouveaux moyens pour toucher de nouveaux lecteurs. C’est continuer d’informer et de donner du sens en se saisissant des nouveaux outils et des formats variés qu’offre le développement numérique : reportages vidéo ou photo, débats et entretiens filmés, analyses, enquêtes ou tribunes au long cours. Mais dans le changement, Politis reste Politis : un journal ouvert à tous les thèmes de l’actualité, fidèle à ses engagements, et qui s’adresse à un citoyen attentif aux événements du monde, sensible au sort de ses semblables, proches ou lointains.

Politis est le journal de ceux qui ne se résignent ni à l’injustice sociale, ni aux replis identitaires, ni à la lente destruction de la planète. Il est le journal de ceux qui ont la passion de comprendre pour agir.
Il y a toujours une alternative. Son message est simple : il n’y a pas de fatalité.

Il existe toujours une alternative. Il y a d’autres chemins que celui des inégalités, du chômage, de la précarité et du productivisme. Le libéralisme n’est pas un horizon indépassable. Il n’y a jamais de fin de l’histoire. La démocratie crève de l’imposture de ces fausses fatalités. Politis décrypte les événements, critique, dénonce. Dans son projet, il s’efforcera d’ouvrir des pistes nouvelles, de dessiner des utopies réalistes, de s’interroger sur les grandes mutations de notre époque, comme les mouvements migratoires et l’interdépendance des cultures. D’organiser des débats à l’intérieur d’un vaste périmètre de principes partagés.
Une telle philosophie prive évidemment Politis des financements lourds, réservés à ceux qui se soumettent au désordre libéral ou qui acceptent d’être les vecteurs d’intérêts particuliers.

Une histoire, un avenir

Depuis près de trente ans, Politis bataille contre vents et marées. En 2006, ses lecteurs, dans un élan magnifique, se sont mobilisés massivement pour sauver leur journal. Aujourd’hui, la crise du papier et de la distribution constitue une nouvelle épreuve. Mille kiosques ont encore disparu l’an dernier. Comment franchir cet obstacle économique ? Comment transformer une crise en évolution positive ?
Politis se garde des fausses solutions. Il serait tentant de renoncer à l’hebdomadaire imprimé. Ce n’est le vœu ni de ses lecteurs ni de son équipe. À l’opposé, Politis pourrait faire l’impasse sur le Net. Ce serait se condamner à un dépérissement inexorable ou se complaire dans le repli et la marginalité.

Conquérir de nouveaux lecteurs est à la fois un impératif économique et une nécessité politique et culturelle.
C’est pour mettre en œuvre ce projet dès le 21 janvier prochain que nous nous tournons vers tous ceux qui sont attachés à l’existence d’une presse indépendante. Notre combat est le leur !

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



‹‹ Politis : stop ou encore ? Comment Google sait tout de nos journées ! ››