Retour à l'accueil du site

Ca avance. Après une semaine au service Cardiologie du Centre Hospitalier de Châteaubriant, les choses ont évolué. En effet, une discussion avec le cardiologue hier m’a informé de mon soucis de santé. Reprenons les faits, non sans avoir alerté sur le fait que ce billet m’est propre, je ne suis pas médecin, vous ne pouvez donc pas prendre ce que je dis comme applicable à vos éventuels soucis et que seul un médecin sera compétent pour analyser votre situation et vous apporter les soins adéquates.

Dans mon billet du 08 décembre, je décrivais mes symptômes et le déroulé de mes soucis. Mes journées ont oscillé pendant une semaine entre prises de tension, prises de sang, analyses d’urine, ingurgitations massives de potassium sous forme de comprimés et de perfusions. Bref, traitement de cheval sans résultat probant, je rejetais autant mon potassium qu’avant.

Le 9, j’envoyais un mail à Agnès lui apportant mon hypothèse, aux simples observations des faits et des pistes étudiées par les médecins.

Je lui décrivais donc que le soucis venait probablement des glandes surrénales...

Chez les mammifères et les oiseaux, les glandes surrénales (ou plus simplement les surrénales) ou glandes suprarénales sont deux glandes endocrines triangulaires situées au-dessus des reins, . Elles sont principalement responsables de la gestion des situations de stress et de l’homéostasie hydro-sodée [1] (via la synthèse de l’aldostérone). Elles sécrètent des substances indispensables à la vie groupées dans trois catégories :

Pour ceux qui comme moi, ont séché les cours de biologie, une hormone est une substance chimique biologiquement active, sécrétée par une glande endocrine, agissant à distance et par voie sanguine sur des récepteurs spécifiques d’une cellule cible. Elle transmet un message sous forme chimique et joue donc un rôle de messager dans l’organisme. C’est donc un petit facteur :-)

Si on s’intéresse donc à ces trois catégories des glandes surrénales, on observe que parmi les hormones minéralocorticoïdes, on trouve l’aldostérone. Son rôle est de provoquer la rétention du sodium par l’organisme et la fuite urinaire du potassium et joue un rôle sur le pression artérielle ; elle joue également un rôle dans l’équilibre acido-basique. Elle agit essentiellement au niveau du rein. Elle permet donc de réguler l’acidité du sang en gardant ou éliminant le sodium et le potassium. L’hypersécrétion d’aldostérone entraîne donc une hypokaliémie et une surcharge hydrosodée (œdème et hypertension artérielle). Elle est parfois appelée « hormone de l’hypertension » et c’est à ce titre qu’elle est dosée.

Cette petite hormone ressemblerait bien à la cause de mes soucis, sachant qu’elle est elle-même le symptôme de quelque chose "en dessous".

Bref.

Recoupant tout cela [2], je fais part à Agnès de mon hypothèse d’avoir une hyperaldostéronisme, c’est à dire une "hormone-qui-chie-dans-la-colle-grave" !

La discussion avec le cardiologue hier soir m’a "confirmé" mon "diagnostic" [3], l’hypothèse la plus probable est un hyperaldostéronisme secondaire [4]. Secondaire non pas parce qu’il est bénin ou arrivé deuxième au concours des maladies des glandes surrénales, mais parce qu’il est lié à un premier facteur. Il est dû à une grande diminution du volume liquidien sanguin [5] comme dans certaines insuffisances cardiaques, des cirrhoses avec ascite, la prise excessive de diurétiques... A priori, l’insuffisance cardiaque et la cirrhose ne sont pas au menu ces jours-ci, donc cela viendrait de la prise excessive de diurétiques. C’est un des dangers connus de la prise de certains hypotenseurs prescrits dans le cas d’hypertension artérielle ; une partie est un mixte d’hypotenseur et de diurétique, qui peuvent, à terme, abîmer le système rénale ou surrénales. Mon médecin traitant m’en avait parlé quand on avait commencé le traitement il y a quelques années. C’est connu et toute personne soignée pour cela a du avoir ce message.

Le scanner de demain permettra de voir l’état de mes glandes surrénales et repérer une éventuelle tumeur [6] ou hyperplasie [7].
Peut-être que ce qu’ils verront demain méritera un traitement chirurgical (Ablation ou retrait partiel), mais dans tous les cas, un traitement médicamenteux à partir de diurétique protégeant le potassium me sera donné. Il est d’ailleurs commencé depuis 2 jours sans que je ne le sache.

Voilà. Il est étrange comme un petit bidule chimique peut mettre à mal un système complexe. L’équilibre chimique et électrique de notre corps est fin.

A suivre...

Notes

[1En biologie et en systémique, l’homéostasie est un phénomène par lequel un facteur clé (par exemple, température) est maintenu autour d’une valeur bénéfique pour le système considéré, grâce à un processus de régulation. Des exemples typiques d’homéostasie sont : la température d’une pièce grâce à un thermostat, la température du corps d’un animal homéotherme, le taux de sucre sanguin, le degré d’acidité d’un milieu, la pression interne d’un milieu... Plus globalement, on désigne aussi par homéostasie la capacité globale d’un système à maintenir tout un ensemble de tels facteurs clés, notamment chez un organisme vivant.

[2N’oubliez pas qu’à l’hôpital, on s’ennuie beaucoup !

[3Cf mes propos liminaires de vigilance en introduction

[4Il y a effectivement plusieurs hyperaldostéronismes primaires et un hyperaldostéronisme secondaire

[5La quantité de sang dans le corps

[6Ce n’est pas forcément cancéreux !! Une tumeur est une augmentation de volume d’un tissu, sans précision de cause.

[7augmentation de volume d’un tissu ou d’un organe due à une augmentation du nombre de ses cellules.

5 Messages

  • Scanner passé...

    Toute dignité restante perdue !
    Imaginez... Devant 3 "membres féminins du corps médical", moi en slip, doc martens 10 trous et tee shirt "Minions Star wars" !

    Je vais aller vivre dans une grotte !

    Après... Leur révélateur en piqûre devait me chauffer le corps, je n’ai que les oreilles qui ont bouilli... Je suis vraiment mal foutu !

    repondre message

  • Un cardiologue est entré dans ma chambre vers 12h00... Il a écouté ma respiration et a grommelé "...regarder les résultats..." tout en quittant la chambre.

    Il est 13h30... Je ne l’ai pas revu. Je pensais qu’il allait voir les résultats et revenir. "J’ai cru voir un cardiologue !" aurait dit Titi !
    Non non, il a fallu attendre l’infirmière pour savoir que mon pote Assium était à 3,4 (3,2 hier) et qu’il faut 3,5 minimum. Et que le scanner ne montrait rien.

    Donc... Qui a gagné 24h de plus à l’hôpital ? Prise de sang demain matin, résultat demain midi, je repars comme la semaine dernière à attendre le lendemain pour savoir. A la différence près que le service me soigne et que cela fonctionne...

    J’en ai (BEAUCOUP BEAUCOUP BEAUCOUP) marre !

    repondre message

  • Coucou Gui The Boss !

    Je viens de lire tes billets concernant tes problèmes de santé...

    J’espère que ça va aller ???

    Et comment va l’asso ?

    Dire qu’on s’est pas vu depuis bientôt 2 ans.... :/

    Bon courage !

    repondre message

  • Eléonore,

    Oui, 2 ans ! J’y pensais avant les fêtes et puis je me suis dit que les voeux de bonne année permettraient de reprendre contact et trouver un moment pour se voir.

    Pour mes soucis de santé, ce n’est pas terminé puisque je dois faire un suivi hebdo et que le parcours avec l’endocrinologue va continuer pour trouver le pourquoi du comment !

    Ceci étant, ma première prise de sang post hôpital est bonne, mon pote Assium remonte !

    A plus...

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



‹‹ Les licornes, c’est pour les connasses ! La série "Continuum" présente elle l’avenir de l’humanité ? ››