Retour à l'accueil du site

La loi sur l’économie sociale et solidaire a été votée le 21 juillet 2014 par le Parlement. Je ne vais pas revenir sur la loi, si vous voulez en savoir plus, vous pouvez lire la compilation de Ressources Solidaires et les quelques articles que j’avais fait il y a quelques temps.

Ce billet a pour objectif de traduire un sentiment de profonde inquiétude sur des revues et sur le devenir de Ress Solidaires.

2 magazines portent une vision réellement différente de l’économie.

Parlons du "patriarche" : alternatives économiques. C’est une SCOP créée il y a plusieurs dizaines d’années, elle a su apporter une vision critique, pédagogique et alternative de l’économie, en la décortiquant, l’analysant avec justesse. Même si je ne suis pas toujours d’accord avec leurs analyses, c’est un vrai grand magazine, qui apporte une information de qualité et qui vit de ses propres finances.
Cette semaine, j’ai reçu de la part de Camille Dorival, nouvelle directrice générale et administratrice du CJDES, un appel à soutien pour qu’Alter Eco puisse continuer. L’appel est introduit de cette façon :

La crise de la presse n’épargne plus Alternatives Economiques. Or la coopérative qui édite le mensuel ne peut, et ne veut, compter que sur ses lecteurs pour continuer à offrir une information économique et sociale de qualité, en toute indépendance.

Par et pour ses lecteurs, socle de l’économie sociale et solidaire...

Ensuite, le "challenger" : Terra Eco. J’aime bien Terra Eco, il parle de l’économie et de développement durable. Mais de façon intelligente, non moraliste, pédagogique. En plus, je connais "bien" l’un des fondateurs et gérant (Walter bouvais), du temps où il travaillait à Novethic, il avait fait le premier articlesur Ress Solidaires. C’était le VRAI premier article de presse. Il était venu chez moi, à la maison. L’appel de TE semble bien fonctionner.

Sans Terra eco, sauriez-vous que trouver le silence est une quête moderne du graal ? Que le bilan carbone d’Obama explosait des records ? Et selon vous quelle rédac a fabriqué du dentifrice, un lombricomposteur, a reprisé ses chaussettes pour un dossier Do it yourself ?

Là encore, TE se finance lui même. Même si ce n’est pas une entreprise de l’ESS par le statut, son travail permet de faire prendre conscience que le mieux vivre est important, et plus que le "mieux gagner du pognon".

Et puis Ress Solidaires. Ce n’est pas un organe de presse car nous ne produisons pas et ne faisons pas travailler de journalistes. A regrets, mais ce n’est pas la ligne. Nous faisons de la curation [1]. Nous faisons aussi office de portail d’emploi et en cela, nous sommes depuis 10 ans une référence dans la connaissance du marché de l’emploi. Notre approche globale et objective permet aux individus de mieux se positionner pour leur recherche.
Nous vivons sans aide publique (ou peu, 15%). Au 1ier décembre, nous quittons nos locaux car nous ne pouvons plus payer un loyer et les 6 premiers mois de 2015 sont l’échéance d’activité.

Malgré les différences entre les 3, un point commun : aucune n’a de preuves à faire sur leurs activités. Elles sont là : des chiffres de développement, de réussite, de lectorat, de notoriété... Et pourtant, avec 3 modèles économiques différents, dans un contexte où normalement, l’ESS devrait être portée et soutenues, on privilégie par le jeu des appels à projets et autres financements aléatoires, les nouvelles structures qui se créent.

Surprenant non ?

Notes

[1La curation de contenu est une pratique qui consiste à sélectionner, éditer et partager les contenus les plus pertinents du Web pour une requête ou un sujet donné. La curation est utilisée et revendiquée par des sites qui souhaitent offrir une plus grande visibilité et une meilleure lisibilité à des contenus (textes, documents, images, vidéos, sons…) qu’ils jugent utiles aux internautes et dont le partage peut les aider ou les intéresser.

2 Messages

  • A chaque fois il faut se payer la question...
    qui doit
    qui peut
    qui veux
    payer...car rien n’est jamais gratuit ...
    dans les trois cas la question se pose différement ...!!!
    et les réponses sont multiples...mais sont-ce :
    les citoyens consommateurs et les partenaires privés ,quel nouveau mécénat ?(le marché)
    les citoyens acteurs ( dons, mécénat, épargnant solidaire, crowdfunding) (la solidarité)
    les citoyens élus (donc l’Etat et l’ensemble des CL) (le politique)
    A l’heure où l’on nous rabache qu’il n’ y a plus de sous dans les caisses....la solution c’est nous !!!

    http://ouvre-boites44.coop

    repondre message

  • ... Je n’ai pas demandé que ces organismes soient financés par de l’argent public. Je me posais juste la question de la concordance (même si je mets RS un peu ầ côté) des appels. AE et TE sont des connus, des anciens (pour AE).
    Oui, la presse souffre, oui de nouveaux modèles sont à inventer, mais alors que cela devrait rouler, ça coince...

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



‹‹ Le meilleur guitariste du monde : Louis Bertignac ! Drogué à la moto, c’est grave docteur ? ››