Retour à l'accueil du site

Il y a peu, France Inter a dédié une journée entière à Elisabeth Badinter pour la sortie de son dernier livre.

Rappel sur la personne...

Elisabeth Badinter est une femme de lettres et une philosophe féministe française, née Bleustein-Blanchet, le 5 mars 1944 à Boulogne-Billancourt.

Même si ses positions sont quelquefois controversées, elle est et reste une des figures emblématiques du féminisme. Reprenant la définition de Wikipedia sur le féminisme, il me semble pourtant important d’en retirer ma propre version.

Pour moi, le combat féministe, celui que je soutiens depuis que j’ai réussi à connecter mes neurones, et qui rejoint celui de l’émancipation citoyenne et de la liberté sexuelle [1], repose sur l’émancipation de la femme du statut que, culturellement ET naturellement, l’Homme l’a placé depuis des siècles et des siècles. J’explique.

Sans tomber dans la misandrie [2], surtout pas, le féminisme est un ensemble d’idées politiques, philosophiques et sociales cherchant à promouvoir ce qu’il considère être les droits des femmes et leurs intérêts dans la société civile : amélioration du statut des femmes dans les sociétés et construction de nouveaux rapports sociaux. Naturellement, la société a donné des tâches aux femmes en lien avec ce que la "nature" leur a donné, càd la capacité de procréation. Donc, les femmes s’occupent des enfants, par répercussion le domestique [3] et de la nourriture (Côté préparation). Il est donc facile de "comprendre" que la femme s’occupe du foyer, pendant que l’homme va à la chasse.

Bon, maintenant, les hommes qui se retrouvent en bas des immeubles habillés de peaux de bêtes, avec des lances en bois, sont assez peu courants. Mais pourtant, est ce si bien différent ? N’est on pas encore dans une société oùla différence de salaire à responsabilité égale est une situation qui perdure depuis des années malgré des dispositifs législatifs ? N’est on pas encore dans une société, même si cela progresse, oùla répartition des tâches ménagères n’est pas si équilibrée [4] que cela ? Nous avons donc d’un côté une inégalité de salaires (La chasse est plus fructueuse ?) et d’un autre une répartition déséquilibrée de activités domestiques collectives ("La femme aux fourneaux !")...

Dont act ! Bon revenons à cette journée France Inter sur Elisabeth Badinter... Dans l’émission animée par Nicolas Demorand, elle explique, par une tirade cinglante, que les couches culottes lavables pour bébé sont un recul net de la condition féminine. Elle va même jusqu’à se coller Cécile Duflot [5], jeune mère qui arbore fièrement [6]sa volonté de concilier vie publique, vie privée, naissance et produits bios. Les couches lavables et la volonté de ne pas utiliser de petits pots pour bébé seraient un retour en arrière sur les combats féministes.


Journée spéciale Elisabeth Badinder - France Inter
envoyé par franceinter. - L’actualité du moment en vidéo.

Agnès et moi étions sur la route pour Nantes. Et nous avons écouté avec attention les propos. Et nous étions plutôt d’accord... Et nous nous disions que les écolos n’allaient pas apprécier :

  • l’attaque (basse) contre leur passionaria Duflot ;
  • l’attaque sur le naturel et sa dictature ;

En effet, Madame Badinter a exprimé également le fait que le retour au naturel (Bio et autres tendances sociétales du moment) était dangereux, car la nature est par définition dangereuse (La loi de la jungle ?) et que l’homme n’a de cesse depuis des siècles de se libérer de la difficulté de la nature. Ces propos m’ont heurté de plein fouet dans ma réflexion engagée depuis plusieurs mois [7] sur la contradiction (??) entre nature et culture, entre progrès et développement, entre modernité et protection de la planète. Madame Badinter a aussi parlé d’un autre sujet qui m’interpellait depuis plusieurs années [8]... L’allaitement maternel ! A la naissance de Marianne, ce sujet est venu naturellement sur le tapis car Agnès voulait allaiter, les affiches dans les salles d’attente ne parlaient que de cela, ... Le lait industriel ne serait il pas bon ? Ne serait il pas même meilleur que certains laits maternels ? Probablement oui... Ce qui n’enlève pas le contact, la relation mère / enfant qui passe par l’allaitement, la symbolique et tout et tout... Mais nutritionnellement... ? Les enfants des années 70, élevés au lait industriel ne sont ils pas en bonne santé ? Le lait maternel n’a jamais fait reculé la malnutrition et la mortalité infantile...

Alors qu’a fait Madame Badinter ? Casser un certain nombre de dogmes actuels que la société bien pensante et bobo-isante tente de nous donner comme vérité indéniable...

  • Le lait maternel est meilleur que tout ;
  • On doit donner des soupes et purées faites main pour BIEN élever son bébé ;
  • On doit utiliser des couches lavables pour ne pas nuire à la planète ;
  • ...

Effectivement, ne nions pas l’impact environnemental des couches jetables... Terrible !

les couches lavables nécessitent 2,3 fois moins d’eau, 3,5 fois moins d’énergie et 8 fois moins de matières premières non renouvelables qu’une couche jetable. Le verdict se révèle implacable : l’empreinte écologique de la couche lavable est plus de deux fois meilleure que celle de la couche jetable.

Mais quel asservissement à la machine à laver ! Est ce terrible de dire que nos mères ont salué l’arrivée des couches jetables, car cela les a libéré des corvées de machines à laver !? Et que dire de nos grands mères ? Si elles avaient pu en avoir, car elles lavaient à la main !

Alors écologie VERSUS féminisme ? C’est le débat que certains auraient voulu voir apparaitre... Badinter VERSUS Duflot ? Probablement... Mais surtout, culture VERSUS nature et dictature écologique VERSUS progrès social...

Ce qui me chagrine dans l’écologie depuis que les Verts ont été absorbés par Europe Ecologie, c’est que nous sommes entrés dans une période de culpabilisation de l’individu, sans faire réellement la même chose sur les industriels... Ici, on culpabilise le consommateur qui n’a pas acheté bio, la mère qui n’allaite pas son enfant, le salarié qui ne prend pas le bus, la famille qui part en vacance sur les dunes des plages, ... Et ce n’est pas tant de dire "ne rejetez pas la faute que sur la société" que dire que le collectif géré [9] est majoritairement responsable des actes directs de l’individu... Le refus de la "taxe carbone" première mouture par le Conseil Constitutionnel en est une preuve flagrante. Rappelez vous !

Dans un communiqué publié mardi soir, les Sages du Palais-Royal considèrent que l’ensemble des "exonérations, réductions, remboursements partiels et taux spécifiques" dépouillent la loi de son ambition de lutte contre le réchauffement climatique et créent "une rupture d’égalité devant les charges publiques". "Moins de la moitié des émissions de gaz à effet de serre aurait été soumise à la contribution carbone", en raison de ces multiples exemptions, selon les juges constitutionnels. 93 % des émissions d’origine industrielle, hors carburant, en auraient été exonérées, poursuivent-ils.

Bien entendu, il ne faut ni exonérer l’individu, ni exonérer le collectif administré. Les deux sont liés, les deux sont responsables. Mais la tendance très libérale de mettre essentiellement la pression sur les méchants individus au bénéfice d’un "foutez moi la paix aux entreprises qui ont déjà du mal à produire" est un peu énervant.

La culpabilisation de l’individu, et là, en l’occurrence, de la mère, est énorme. "berengere1981" réagit sur Rue89 et s’exprime avec soulagement suite aux propos de Madame Badinter :

Cette mère qui se force à allaiter alors qu’au fond elle déteste ca, cette mère qui après une journée de boulot s’épuise à faire des purée de brocolis bio car les petits pots sont interdits de séjour à la maison : c’est moi !

Depuis la sortie du livre d’Elisabeth Badinter « Le conflit, la mère, la femme  », quand je l’entends interviewée, je suis prise d’une sorte d’extase : enfin quelqu’un me comprend !

Moi qui harcelée par toute cette pression si bien décrite par la philosophe, choisit petit à petit de me pourrir la vie !

Alors, bien entendu, il est évident que la solution est entre les deux, c’est à dire, si on pouvait utiliser des couches jetables à faible impact environnemental, ce serait l’idéal. Et avec cette question, on trouve un vrai choix de société... Doit on loucher vers le retour à des anciennes méthodes (Avant l’ère de la surconsommation moderne) moins polluantes, mais peut être moins émancipatrices ? Ou regarder vers le progrès salvateur de nos erreurs ? Le capitalisme ayant la faculté de recycler sa propre critique [10], les industriels ont su retraité la demande sociale de "mieux être" en créant des petits pots de bébé avec des produits bios. La mère est elle toujours culpabilisable ? Ne peut on pas croire [11] que la pression sociale des consommateurs fera que les industriels, aidés par les gouvernants, changeront leur mode de production et leur produit, apportant aux consommateurs des produits respectueux ET émancipateurs ?

Je le crois. Et je remercie donc Madame Badinter d’avoir porté la discussion pour briser ces dogmes culpabilisants...

Pour être objectif, il serait dommage de ne pas donner la réponse de la leche league France et la lettre ouverte de "vertes de rage", collectif de femmes écolos.

Notes

[1Avec les limites de la cruauté et de l’acceptation réciproque

[2Sentiment sexiste d’aversion pour les hommes en général, ou une doctrine professant l’infériorité des hommes par rapport aux femmes

[3La gestion de l’habitat commun

[4Les hommes avouent que leurs compagnes font la quasi-totalité des tâches ménagères et le plus souvent sans renâcler. C’est le cas pour le tri et le nettoyage du linge (pour 94% des hommes interrogés, elles le font sans rechigner), pour le fait de changer les draps (94%), laver les sanitaires (90%) mais aussi laver les sols (84%), cuisiner (82%), faire la vaisselle (81%) ou encore faire les courses (80%) et repasser (79%)... Pas assez nobles comme activités les gars ?

[5Ce qui me fait penser que c’était un peu téléguidé l’attaque contre la tête de liste Europe Ecologie en Ile de France !

[6Elle a raison, c’est une vraie position féministe !

[7Qui a déjà conduit à rendre ma carte de chez les Verts, au delà des profondes divergences que j’ai au sujet d’Europe Ecologie

[8Mais celui là, peu, de temps à autre quoi...

[9Par les gouvernements, par les entreprises, ...

[10Ce qui rend illusoire sa défaite par un combat de front !

[11Naïvement me diront certains !

1 Message

  • Un extrait de blog qui résume une partie de votre réflexion ?

    Plantons le décor. A ma gauche, des écolos venus du gauchisme et de l’esprit de mai, des compagnes ou compagnons de route des féministes des années 70. Leur tête de proue s’appelle Dominique Voynet. A ma droite, la nouvelle génération, celle des trentenaires des centre-villes qui ont voté Europe Ecologie en juin dernier. Ils se retrouvent sans peine dans Cécile Duflot, mère de quatre enfants. Les premiers prêchent non seulement le féminisme mais mettent en garde contre le natalisme, et souhaitent même le combattre. Les seconds, qui n’ont pas vécu les combats de leurs prédécesseurs font passer Gaïa avant tout. Tout ce qui est naturel, non polluant et biodégradable leur semble préférable. Les couches jetables, donc, c’est mal. On préconise la couche lavable même si c’est revenir quelques décennies en arrière. Pourquoi pas le lavoir ?

    Bien sà»r, les dames écolos trentenaires ne préconisent pas le retour de la femme au foyer. Elles comptent sur leurs compagnons pour les aider devant le surcroît de servitudes qu’impose ce retour au naturel. Ces derniers, lorsqu’ils partagent le même engouement que leurs compagnes, participent donc au lavage des couches en question pendant qu’elles se rendent àleurs rendez-vous chez le sophrologue (3) ou leurs courses àNature et Découverte.

    En tout cas, cela s’en rapproche...

    Blog d’Antidote...

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



‹‹ « Â Oui àla Moto !  » Livre : "Le Nouvel esprit du capitalisme" ››