vendredi, 6 décembre 2019|

2 visiteurs en ce moment

 

Comment une plaque d’égout peut augmenter les chiffres de l’insécurité routière ?

Date de publication :
Mots clés :
  • Sécurité routière

  • Un matin, il y a 2 mois environ, nous partons pour le travail. 50 Km de routes, dont 30 en campagne... Ce qu’on appelle le réseau secondaire... Celui qui est si négligé par nos pouvoirs publics selon la cour des comptes [1]... Bref...

    Je pars de chez moi, à moto, il fait noir, c’est l’hiver. Il pleut beaucoup en ce moment, depuis 10 jours, on se croirait en automne. Toute la journée, il pleut. Et là, cela ne rate pas, il pleut aussi. Pas des trombes, mais de l’averse légère. Mes pneus sont bons, usure à 50% environ. Je roule...

    Je rentre dans Joué sur Erdre, première ville que je traverse, après environ 5 km de route droite. Je prends la route de Les Touches. La voiture devant moi roule au ralenti, elle doit chercher sa route. Je vais la doubler... Je fais mes contrôles, je mets mon clignotant, je commence à déboiter, j’accélère pour dépasser... Et là, ma roue arrière décroche, l’arrière part à gauche, à droite, à gauche, ... Je coupe les gaz, la moto se redresse, je sens les mains d’Agnès se serrer autour de ma taille, je ré-accélère tranquillement, ca file droit de nouveau...

    Pendant 4 bons kilomètres, les mains d’Agnès ne se déserreront pas, et sur le même temps, je ne lâcherais pas mon guidon un quart de seconde... Cela faisait bien longtemps que je ne mettais pas fait une frayeur pareille. Alors, je me dis "Purée, quelle andouille ! Pneu arrière froid, dépassement sur le couple maxi et route mouillée, c’est vraiment une erreur de débutant que tu nous as faite Chocteau !"... Et mon orgueil en prend un coup, forcément...

    Et le soir, au retour, je repense à ce travers merveilleux que nous avons fait plus tôt dans la journée. J’arrive sur Joué sur Erdre, je ralentis... Pour voir... Je repère l’endroit où nous avons failli laisser notre peau...

    POUR VOIR UNE PLAQUE D’ÉGOUT AU MILIEU DE LA ROUTE !!!!!!

    Et c’est elle la cause de mon traumatisme routier [2] ! La roue est passée dessus au moment de l’accélération et humide et lisse, la plaque n’a pas eu l’effet accrochant que le bitume possède... D’où décrochage !

    Imaginons que je n’ai pas récupéré la moto la matin, et que la chute se produise... Moto en l’air, les deux passagers par terre, vu la météo et la (faible) vitesse, la glissade aurait duré quelques mètres. Mais la route était empruntée par plusieurs voitures, c’était l’heure de l’embauche. Que se serait il produit si après la chute, les voitures étaient passées ? Extrapolons à un niveau de gravité plus élevé... A cause d’une plaque d’égout comme il en existe des milliers en France, les chiffres de l’accidentologie routière des deux roues aurait pu être augmenté !

    Et notre déléguée interministérielle à la sécurité routière, dans la droite ligne de ces prédécesseurs, aurait pu encore crier que les motards sont tous des inconscients et qu’ils plombent encore les (bons) chiffres de la sécurité routière [3]...

    La déléguée interministérielle à la Sécurité routière, Michèle Merli, a alerté aujourd’hui sur les risques encourus par les conducteurs de deux-roues, qui représentent plus du quart des personnes tuées sur les routes pour seulement 2% du trafic global. Le Figaro du 16/09/10

    Et pourtant, la plaque d’égout fait partie des recommandations de base du candidat au permis moto ! Il est loin le mien [4], c’est vrai, mais j’ai compensé par 22 ans de conduite et d’acquisition d’expérience de la route. Comme quoi, on n’est jamais totalement formé !

    Même Wikipedia le dit :

    Conçues avant tout pour les voitures, elles tiennent rarement compte des caractéristiques physiques de la moto, pour laquelle elles peuvent être dangereuses. La dispersion des responsabilités entre les gestionnaires du réseau routier (État, collectivités territoriales) et la faiblesse des normes en matière de mobilier urbain constituent les principales causes de ces dysfonctionnements.

    Elles se classent en deux catégories :
    - celles susceptibles de provoquer la perte d’adhérence indispensable à l’équilibre du deux-roues : peinture au sol glissante (passages piétons), bouche d’égout, accumulation de gazole/gravier, nid de poule, ralentisseurs non homologués de type coussin berlinois, etc. ;
    - celles susceptibles de provoquer des blessures ou de les aggraver en cas de choc : absence de lisse inférieure sur les barrières latérales à effet guillotine, structure agressive du mobilier urbain (bac à fleur, bitte en acier, etc.).

    Alors, voilà, on peut toujours s’étonner que les motards "fassent augmenter" les chiffres de la sécurité routière, mais si on n’est malhonnête en ne disant pas la vérité sur les vrais causes de l’accidentologie. Exemple frappant, à l’inverse, de s’étonner, de se féliciter des bons chiffres de l’accidentologie 2 roues, mettant en avant les politiques publiques sur le sujet :

    Le nombre de tués sur les routes de France métropolitaine est passé pour la première fois sous la barre des 4 000 en 2010, avec 3 994 décès, soit 300 vies épargnées et une diminution de 6,5 % sur un an, selon les chiffres provisoires de la sécurité routière. Le nombre de blessés a également diminué de 13,1 %, à 79 056 personnes.
    Autre chiffre encourageant : le nombre d’usagers de deux-roues motorisés tués a aussi très largement baissé, passant de 1 144 à 941, soit une diminution de -20 % pour les motos et de -12 % pour les mobylettes. Hyper Assur

    Sauf que... Pour ma part, j’ai évité de rouler 2 fois plus longtemps cette année à cause du verglas que les années précédentes... Et la FFMC de confirmer !

    Les très bons chiffres parmi les deux-roues s’expliqueraient par les fortes chutes de neige enregistrée fin 2010. « Quand il neige, les deux-roues ne sortent quasiment pas. Il n’y a que ceux qui n’ont pas le choix qui le font », observe-t-on du côté de la Fédération française des motards en colère (FFMC), qui ne voit pas dans cette diminution un signe positif. « On ne peut pas se féliciter d’une baisse liée à la météo. Nous préfèrerions que ce soit parce qu’il y a une vraie politique de sécurité routière axée vers les deux-roues. » Hyper Assur

    Alors, bon, voila, de ma plaque d’égout [5] aux chiffres bidonnés de l’accidentologie routière 2 roues, il n’y a qu’un pas que j’ai tenté allégrement de franchir...


    Mon flux RSS Mon compte twitter Mon compte diaspora* Mon compte instagram Mon compte pinterest Mon compte linkedin Mon compte viadeo Mon blog pro

    [1Elle précise qu’on attend globalement les objectifs, mais qu’ils restent bas par rapport aux attentes des usagers et les efforts qu’il faudrait réellement faire

    [2Au niveau de l’orgueil, simplement :)

    [3Que le petit Nicolas tente de faire baisser à grands coups de radars zotomatiks et de contrôles képis ciblés !!

    [41989

    [5De dégout ?


    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

     
    A propos de Le blog de Guillaume
    Ma formation initiale est un parcours supérieur dans les sciences humaines et le travail social, car je place l’humain au centre de toutes mes réflexions et souhaits d’agir.Retour ligne automatique Intéressé par l’insertion professionnelle à l’origine, mon intérêt pour le 19ième siècle et l’émergence (...)
    En savoir plus »