Retour à l'accueil du site
Le blog de Guillaume > Moto / Motarde / Motard

Moto / Motarde / Motard


6
juillet
2017
.: Un landau un peu cher non ?

Mais il a du style...


23
novembre
2016
.: On a retrouvé le sauvage "motard des bois" !

Cliché pris par "jenesaispasqui" aux 24h du Mans de l’année 1992.

On remarquera :

  • l’air fin
  • la pose naturelle
  • le K100rs (qui sera pulvérisée 2 mois après)
  • la tente de luxe (Si, je rentrais dedans)

6
octobre
2016
.: loop - grip = aie... #moto

Avouons le... Nous nous sommes tous posés la question en regardant un jour du "free style" ou autre discipline acrobatique...

"Et si il perdait le grip ?"... Et si il ratait le rattrapage de guidon ou de selle, lui permettant de se remettre en selle et atterrir dans de bonnes conditions... En image et en dessous !

J’ose pas imaginer l’atterrissage !


30
septembre
2016
.: La Mutuelle des Motards... Toujours copiée, jamais égalée !

Depuis 30 ans, la Mutuelle des Motards innove pour les motards. Elle a innové en remboursant le casque en cas de chute, par la garantie "accessoires", par le chèque accessoires pour les jeunes conducteurs et par des garanties adaptées (Side car par exemple).

Et côté communication, la Mutuelle a toujours su communiquer de façon ciblée sans tomber dans le communautaire, et toujours en donnant ce vent de liberté maîtrisée ...

Et côté innovation assurantielle, elle est copiée...

Et la campagne de communication de 2014 dont je parlais ici et , l’a été aussi ...

En me promenant dans Nantes, je suis tombé sur la vitrine d’un agent Allianz. Et je n’ai pu éviter de comparer leur pub...

A l’une des notres de 2014...

Même esprit, même homme, même ambiance, même sentiment exprimé (liberté)...

Me trompes je ?


13
septembre
2016
.: (re)naissance de la FFMC 44 dans le Moto Mag de février 1996 !

C’était en plein dans les prémices de la contestation contre le projet de loi Bosson, instaurant les "très grands excès de vitesse" (Début du délire répressif des pouvoirs publics). J’étais dans un moto club sur la faculté de Nantes. Aucun d’entre nous n’était un fan de vitesse, mais par contre, tous étions convaincus que la solution appliquée n’était pas la bonne et heurtait nos convictions que "taper sur la tête" ne règle rien !

Et donc, un petit groupe issu de "l’association des étudiants motards de Nantes" (AEMN) va remonter l’antenne FFMC de Loire Atlantique ! 5 ou 6 personnes motivées qui vont en parallèle de mobiliser contre Bosson, organiser la création de l’antenne. Elle avait exister au début des années 80, période historique de la fédération nationale, autour d’un moto club appelé "Moto vivante". De la revendication et la production assurantielle pour la Mutuelle des Motards, les copains de Moto vivante ont repris les activités classiques d’un moto club ; balades et virées début des années 90. On les a contacté, on a échangé, on a même fait des sorties ensemble. De vrais motards, mais à qui il a manqué la relève...

Et c’est donc une petite dizaine d’année plus tard que l’antenne est ressortie des cartons. L’AG constitutive a eu lieu le 16 décembre 1995 dans une salle municipale à Doulon. Eric Thiollier, coordinateur technique de l’époque, était venue prêcher la bonne parole motarde et fédérale durant l’AG. Avant et après, étant sur Paris, je passais régulièrement au siège national, rencontrant surtout Patrick Bord, élu du bureau national, très en pointe sur les combats militants liés à la sécurité routière !

Dans le numéro de février 1996, Moto Mag indiquait la recréation de l’antenne, donnant membres fondateurs et coordonnées de contact.

A l’époque, pas de site internet, pas de mail, ...

C’était l’époque bénie du minitel avec le 36 15 code TOMO pour celles et ceux qui se rappellent de cet outil. Peu de temps après, Richard Renaud de Caen avait mis en place le premier site internet, hébergé chez cpod.

1 an après la recréation, je faisais ma formation pour devenir délégué bénévole de la Mutuelle des Motards (Je n’en étais pas sociétaire d’ailleurs, on le pouvait à cette époque !), et en 1999, aux assises de Super Besse, je me présentais contre le conseil d’administration (Dont une bonne partie est toujours présente). J’échouais à une voix contre Pierre Raynaud, élu en renouvellement (Pierre, désolé) et me faisait happer par le bureau national pour les rejoindre. Ce qui a duré ensuite 10 ans !

Qu’est devenue l’équipe de départ ? Mis à part Philippe "side car" (Charlot de son nom de famille), je les côtoie toujours, avec plus ou moins de régularité. Antoine a arrêté la moto pour des raisons professionnelles et familiales (mais il reprendrait bien le bougre !). Rodolphe a une R90s qu’il a du mal à faire tourner vu son emploi du temps. Olivier a un side car et roule très régulièrement avec sa famille. Moi... Euh... Vous le savez si vous suivez mon blog !

Vala vala...

PS : Merci à Jean Louis Beauvois, ex-coordinateur de l’antenne de l’Essonne, militant entrant/sortant de la FFMC, pour m’avoir envoyé les scan. J’ose pas imaginer qu’il a tout les exemplaires depuis la création ?


22
août
2016
.: Le motard est mort "Normal, il roulait trop vite !"

Le motard est mort
"Normal, il roulait trop vite !"
"Comment le savez vous ?"

"C’est marqué dans le journal !"


17
août
2016
.: La madone des motards, entre religion et culture motarde, j’ai choisi...

Attention, l’article va piquer les yeux des âmes sensibles et habitués du consensus...

JPEG - 42.8 ko

En 1977, l’abbé Prévoteau fonde la Madone des Motards, rite catholique en la commune de Porcaro. L’idée est de bénir "des" motards et leurs engins. Rien d’extraordinaire en soi, légitime pour celles et ceux qui croient en une force supernaturelle divine. L’abbé est décédé le 7 février 2014 et s’était retiré de la commémoration en 2003, laissant la place au père Guy Gilbert, le curé des loubards (On appréciera le parallèle !).

Bref.

Au fur et à mesure, surfant sur la culture grégaire des motards, l’envie de se balader et se retrouver autour d’une grillade, le rassemblement de la madone des motards se développe pour atteindre les 15 000 personnes.

Une grande intercession ? On implorerait ensemble que Sainte Gamelle [1] les protège...

Tous les ans, des potes me proposent d’aller à Porcaro. Alors, je leur dis que je ne vais pas à la madone des motards. Eux me répondent qu’ils ne vont pas à la madone des motards, mais au rassemblement de Porcaro. Mmmm... Et là, je leur dis que je ne vais pas à un rassemblement religieux. Eux me rétorquent qu’eux non plus. Et là, je leur réponds que si, bien entendu, en allant à Porcaro, ils participent à un rassemblement religieux.

C’est comme si des jeunes allaient aux Journées mondiales de la jeunesse juste pour parler des langues étrangères... !!!

L’abbé Prévoteau n’avait peut être pas pensé ce rassemblement comme allant devenir un événement majeur de la culture motarde, mais par contre, faisons lui grâce d’avoir imaginé en faire une action de prosélytisme catholique, vu que c’était son "métier", son sacerdoce [2].
Penser qu’aller à la madone des motards serait un acte neutre, sans connotation, est donc au mieux illusoire, au pire une malhonnêteté.

Ce qui est d’ailleurs surprenant, c’est le regard que peuvent porter des motards croyants sur cet événement. Pour en cotoyer [3], ils sont les premiers à porter un regard en coin, suspicieux, sur cet événement religieux qui ne veut pas totalement en porter le nom.

Quand je vois ce type de rassemblement, je ne peux pas m’empêcher de penser aux marchands du temple de Jérusalem. Le temple était l’enceinte ayant recueilli l’arche d’alliance (Le réceptacle des tables des commandements données par Dieu à Moïse) et des marchands faisaient commerce autour, profitant de l’afflux de pèlerins. Jésus et ses disciples se rendent à Jérusalem pour la Pâque, où il expulse les marchands du Temple de Jérusalem, les accusant de transformer le Temple en un repaire de voleurs au travers de leurs activités commerciales (Source).

Dans la commune de Porcaro, les 700 habitants, et alentours, doivent être heureux de recevoir les 20000 motards au 15 août. 300 bénévoles seraient de la partie. Mais cette année, terrorisme oblige, l’événement a été annulé, car, selon les organisateurs, le cahier des charges de la Préfecture était difficile à tenir. Ce qui n’a pas empêché des motards de se mobiliser et d’organiser un événement plus petit, mais non négligeable ! 7000 motards venus, faisant le bonheur des commerces de Porcaro (encore) puisque rien n’était organisé.

Bref...

Pour conclure, que des motards se rassemblent pour se faire bénir, prier ou intercéder en faveur de la paix dans le monde, pas de soucis. C’est leur droit, leur souhait, leur liberté.
Mais que les présentations, y compris de mon canard moto préféré (Moto Magazine), soient neutres au point de presque occulter totalement que cet événement est religieux avant tout, c’est malhonnête.

Alors non, ne m’invitez pas à Porcaro, ne m’en parlez même pas !


14
juillet
2016
.: J’aime aussi la Mutuelle des Motards pour cela ; Restrictions de circulation : l’AMDM continuera d’assurer

Restrictions de circulation : la Mutuelle des Motards continuera d’assurer

Pour la Mutuelle des Motards, l’instauration des Zones à circulation restreinte ne change rien : un sociétaire restera assuré, même s’il circule sur une moto d’avant 1999. L’engagement d’un assureur militant.

La question est d’importance, et nombre de motards se la sont posée : si l’on continue de circuler dans une Zone à circulation restreinte (ZCR) avec une moto d’avant 1999, donc interdite, reste-on pour autant assuré ?

L’article en entier sur Moto Magazine...


1er
juillet
2016
.: 160 000 km au compteur du R1150rt. Bilan !

Il y a quelques mois, je vous faisais part de mon agacement concernant ma R1150rt. Agacement du à une multitude de petites ou grosses pannes, qui reposaient soit sur des processus idiots (câble électrique du contacteur de clé) ou une sophistication trop poussée et mal pensée (Panne de la centrale ABS qui conduit à un freinage résiduel).

Ces agacements passés (parce que couchés sur mon blog, c’est une thérapie comme une autre), la route commune a continué encore. A raison d’environ 20000 km par an, tous les jours et par tous les temps, le compteur tourne vite (Je passais les 111 111 km en août 2013).
Elle a passé ses 160 000 kilomètres il y a peu...

Et, en en parlant autour de moi, je me suis aperçu que je rentrais dans une tranche de km peu atteinte par les motards en général, et par les béhèmistes en particulier... Maintenant !
Vous allez me dire "moi, la mienne a 1XX XXX km et elle roule parfaitement !". Oui. Je n’ai pas dit que personne n’atteignait ce "score", j’ai dit qu’il y en avait peu. Et bien heureusement pour la population motarde, il en reste encore qui roulent et qui ne changent pas de motos tous les 2 ans.
"Changer de moto tous les 2 ans". Je trouverais cela super si je le pouvais ; trop de décôte parce que trop de kilomètres annuels. Et encore, à mon gigantesque regret, je ne pars plus en vacances en moto. Changer de moto tous les 2 ou 3 ans implique de rajouter quelques milliers d’euros à l’achat, ce que je n’ai plus depuis longtemps.

Bref.

Que pensez de cette aventure avec la R1150rt ? Passons en revue quelques détails !

Ce que j’ai changé / enlevé :

  • Un câble électrique de contacteur de clé. Coupure de contact sur l’angle. Du à un câble trop serré en usine, il fatigue et rompt !
  • Une centrale ABS. Crâmée, pas de défaut électronique relevé. Virée !
  • Le système entier de freinage a été refait. Raccords, leviers et bocaux sont d’origine, mais les disques et durites ont été changés. Merci Christophe d’avoir refait un vrai freinage à côté de l’ancien. La pédale freine l’arrière et un disque avant, le levier freine l’autre disque avant. Un freinage intégral à la Guzzi !
  • Les deux rétroviseurs. Mais là, c’est à cause d’abrutis de piétons qui me les ont fait tomber !
  • La selle conducteur. Elle a fendu sur un côté, provoquant une plaie béante d’environ 5cm. Il faudrait que je la recouse avec du gros fil de pêche.
  • Un couchage tranquille sur le flanc (La béquille centrale s’est enfoncée doucement dans mon garage à cause de la pluie) a poussé le crochet de la valise de gauche. Cette action a irrémédiablement la conséquence depuis des décennies de casser le crochet interne, celui qui retient la valise à l’arceau plastique. La valise tient à l’arceau avec une sangle, méthode à bas coût bien connue des béhèmistes.
  • L’amortisseur arrière a été changé vers 100 000. J’en ai acheté un de 25 000 km et c’est celui-ci qui sert encore. Il est fatigué, mais j’ai un EMc à installer.
  • Le feu stop. Tout d’un coup, n’a plus fonctionné du tout. Christophe l’a schunté sur la boite de relais et a ajouté un circuit.
  • Le feu arrière. Pareil, quelques jours après le retrait de la centrale, plus rien. Pour la réparation, lire phrase plus haut.
  • Le caoutchouc des poignées a été remplacé par de la guidoline, lanières dont on fait les tours de guidon de vélo. Car l’usure faisait apparaître les fils des poignées chauffantes et je me prenais des poignées de châtaignes quand il faisait trop humide.
  • La pompe à essence. A 150 000 environ, elle a dégagé. Vu qu’avant, elle avait du boire quelques milliers de litres de carburant, on ne peut pas la blâmer d’avoir pris sa retraite. Ce qu’on peut regretter, c’est le hold-up de BMW sur le prix de la pièce. Merci e-bay, la Pologne et Christophe.

Ce qui me chagrine encore :

  • L’éclairage de mon compteur de vitesse. Pouf, plus rien. Le compte tours est ok, mais la nuit, je ne vois pas à combien je roule. Trop vite sûrement !
  • Mon interrupteur de clignotant droit est corrodé (Hypothèse personnelle) et dysfonctionne. Cela m’était arrivé sur l’un de mes K100lt il y a longtemps. C’est la plaque qui fait contact qui s’oxyde et ne joue plus son rôle de transmetteur.
  • Elle a besoin d’un sérieux réglage, j’ai l’impression de conduire un fer à repasser diesel !
  • Quand Christophe a changé la pompe à essence, il a remarqué que les connexions électriques étaient toutes corrodées. Et qu’il y avait plein de micro coupures un peu partout. On a pu poser l’hypothèse que les dernières pannes électriques (pompe, ampoules, feux) provenaient manifestement des nettoyages de cosses à chaque intervention, ce qui provoquait une remontée de tension dans le circuit. Pour la rigolade, après le retrait de ma centrale, le nettoyage des cosses électriques du réservoir (pleines de vert-de-gris) a fait griller mon ampoule de compteur, mais j’ai récupéré ma jauge à essence qui était farfelue depuis plusieurs mois. Magique !

Mais par contre...

  • Démarrage du premier coup de démarreur. Ce dernier est d’origine !
  • Embrayage en état tout à fait correct. Aucun patinage à l’accélération. D’origine !
  • Boite de vitesse sans à-coups, pas de faux points morts, pas de couinements, pas de sauts de rapport. D’origine !
  • Peu de consommation d’huile entre deux vidanges. 2 verres d’huile en ajout. Segmentation et soupapes d’origine !
  • Aucun jeu ni aucune fuite au pont et au cardan. D’origine !
  • Commodos, étriers, roulements de roues sont d’origine.
  • Tout le système d’échappement est d’origine. Je suis navré de voir qu’à la différence du R1100rt précédent, je n’ai perdu aucune chicane du silencieux et qu’elle fait le même bruit de 2cv du début.

Bref. Que dire !?

Elle vieillit, donc elle devient moins confortable et moins facile à conduire, mais reste dans le haut du panier côté conduite, malgré tout. Elle vieillit, mais vieillit bien. Elle a perdu quelques poneys (Petits chevaux) avec l’âge, je suis obligé de tirer un peu plus dans les tours pour conduire, mais cela reste très acceptable. Et quand elle est réglée, le couple est de nouveau là et permet la conduite classique du flat injecté. Avec quelques vibrations en plus.

J’ai toujours autant de plaisir à la conduire. Elle m’emmène d’un point A à un point B, chargé, en duo. Elle permet de me faufiler dans les embouteillages tout en écoutant la radio en ville. Je peux emmener Agnès dans un confort correct. Je peux mettre tout ce qu’il faut dans les valises, que ce soit pour mon travail ou mes courses du samedi (de temps en temps).

Et après ?

Autour de moi, j’ai pu glâné des kilométrages supérieurs pour cette moto. Je n’ai pas entendu 200 000, mais j’ai entendu 180 000. Sans gros soucis. Le hic est là ! L’utilisation que j’en ai me permet difficilement d’en être privé trop longtemps (j’habite loin de mon travail, de la boulangerie, de la gare SNCF, ...). Je sais qu’une panne importante et immobilisante (comme la pompe à essence), c’est plusieurs semaines de galère de train et voiture, de petites journées de taf et de galère pour le train.
Je commence à regarder les annonces. Dans l’idéal, je voudrais trouver un R100rt de 70000km max. Mais le marché est juste hallucinant sur ce modèle ! A ce kilométrage là, moto entretenue, c’est un tarif à 7000 euros !

Je croise les doigts pour que l’actuelle tienne le coup encore, le temps que mon pécule d’épargne monte (hum hum)...


2
février
2016
.: Comment parler de femme et de moto, de façon sexy et sans vulgarité ?

Je dénonce régulièrement (même si je me suis calmé) les dérives sexistes du monde moto (, et par exemple). Non, la culture moto n’est pas intrinsèquement macho, non conduire une moto n’est pas une volonté d’avoir un phallus plus gros entre les jambes [4] et non une femme n’est pas qu’un poids à l’arrière qui ne raye pas le carénage [5] !
Et même si à un moment, la moto était peut être essentiellement masculine, cela a changé et les (presque) 10% de femmes à pratiquer se doivent de trouver respect et sérieux dans nos propos et actions.
D’autant qu’on peut trouver de belles photos de publicité, mettant en scène moto, femme et sex appeal ! La preuve...

Cette publicité pour la rubrique casque du site "The Motolady" est sexy au possible ; elle met en valeur les courbes d’une charmante jeune femme, dans un vêtement moulant (et moulé) avec un joli casque jet mettant en valeur une partie de son visage. C’est un choix éditorial assumé par Alicia Mariah Elfving, créatrice du site dédié à la moto et aux femmes. Normal, me direz vous, que la femme soit mise en scène et bien mise en scène.

Cela prouve bien que la femme peut être mise sainement en scène dans des visuels liés à la moto, si l’œil qui produit est enclin à le faire ! Homme ou femme derrière l’objectif...


page suivante

Notes

[1La sainte "humoristique" des motards qui chutent !

[2Celui qui a reçu le sacerdoce ministériel jouit d’un pouvoir sacré pour former et conduire le peuple sacerdotal, pour faire, dans le rôle du Christ, le sacrifice eucharistique et l’offrir à Dieu au nom du peuple tout entier

[3Ce qui me permet de confronter mes idées anti-cléricales primaires

[4Vision psychanalytique

[5Version Joe Bar team

Recevoir mes bêtises par mail ?