Retour à l'accueil du site
Le blog de Guillaume > BMW Motorrad

BMW Motorrad


6
juillet
2017
.: Un landau un peu cher non ?

Mais il a du style...


1er
juillet
2016
.: 160 000 km au compteur du R1150rt. Bilan !

Il y a quelques mois, je vous faisais part de mon agacement concernant ma R1150rt. Agacement du à une multitude de petites ou grosses pannes, qui reposaient soit sur des processus idiots (câble électrique du contacteur de clé) ou une sophistication trop poussée et mal pensée (Panne de la centrale ABS qui conduit à un freinage résiduel).

Ces agacements passés (parce que couchés sur mon blog, c’est une thérapie comme une autre), la route commune a continué encore. A raison d’environ 20000 km par an, tous les jours et par tous les temps, le compteur tourne vite (Je passais les 111 111 km en août 2013).
Elle a passé ses 160 000 kilomètres il y a peu...

Et, en en parlant autour de moi, je me suis aperçu que je rentrais dans une tranche de km peu atteinte par les motards en général, et par les béhèmistes en particulier... Maintenant !
Vous allez me dire "moi, la mienne a 1XX XXX km et elle roule parfaitement !". Oui. Je n’ai pas dit que personne n’atteignait ce "score", j’ai dit qu’il y en avait peu. Et bien heureusement pour la population motarde, il en reste encore qui roulent et qui ne changent pas de motos tous les 2 ans.
"Changer de moto tous les 2 ans". Je trouverais cela super si je le pouvais ; trop de décôte parce que trop de kilomètres annuels. Et encore, à mon gigantesque regret, je ne pars plus en vacances en moto. Changer de moto tous les 2 ou 3 ans implique de rajouter quelques milliers d’euros à l’achat, ce que je n’ai plus depuis longtemps.

Bref.

Que pensez de cette aventure avec la R1150rt ? Passons en revue quelques détails !

Ce que j’ai changé / enlevé :

  • Un câble électrique de contacteur de clé. Coupure de contact sur l’angle. Du à un câble trop serré en usine, il fatigue et rompt !
  • Une centrale ABS. Crâmée, pas de défaut électronique relevé. Virée !
  • Le système entier de freinage a été refait. Raccords, leviers et bocaux sont d’origine, mais les disques et durites ont été changés. Merci Christophe d’avoir refait un vrai freinage à côté de l’ancien. La pédale freine l’arrière et un disque avant, le levier freine l’autre disque avant. Un freinage intégral à la Guzzi !
  • Les deux rétroviseurs. Mais là, c’est à cause d’abrutis de piétons qui me les ont fait tomber !
  • La selle conducteur. Elle a fendu sur un côté, provoquant une plaie béante d’environ 5cm. Il faudrait que je la recouse avec du gros fil de pêche.
  • Un couchage tranquille sur le flanc (La béquille centrale s’est enfoncée doucement dans mon garage à cause de la pluie) a poussé le crochet de la valise de gauche. Cette action a irrémédiablement la conséquence depuis des décennies de casser le crochet interne, celui qui retient la valise à l’arceau plastique. La valise tient à l’arceau avec une sangle, méthode à bas coût bien connue des béhèmistes.
  • L’amortisseur arrière a été changé vers 100 000. J’en ai acheté un de 25 000 km et c’est celui-ci qui sert encore. Il est fatigué, mais j’ai un EMc à installer.
  • Le feu stop. Tout d’un coup, n’a plus fonctionné du tout. Christophe l’a schunté sur la boite de relais et a ajouté un circuit.
  • Le feu arrière. Pareil, quelques jours après le retrait de la centrale, plus rien. Pour la réparation, lire phrase plus haut.
  • Le caoutchouc des poignées a été remplacé par de la guidoline, lanières dont on fait les tours de guidon de vélo. Car l’usure faisait apparaître les fils des poignées chauffantes et je me prenais des poignées de châtaignes quand il faisait trop humide.
  • La pompe à essence. A 150 000 environ, elle a dégagé. Vu qu’avant, elle avait du boire quelques milliers de litres de carburant, on ne peut pas la blâmer d’avoir pris sa retraite. Ce qu’on peut regretter, c’est le hold-up de BMW sur le prix de la pièce. Merci e-bay, la Pologne et Christophe.

Ce qui me chagrine encore :

  • L’éclairage de mon compteur de vitesse. Pouf, plus rien. Le compte tours est ok, mais la nuit, je ne vois pas à combien je roule. Trop vite sûrement !
  • Mon interrupteur de clignotant droit est corrodé (Hypothèse personnelle) et dysfonctionne. Cela m’était arrivé sur l’un de mes K100lt il y a longtemps. C’est la plaque qui fait contact qui s’oxyde et ne joue plus son rôle de transmetteur.
  • Elle a besoin d’un sérieux réglage, j’ai l’impression de conduire un fer à repasser diesel !
  • Quand Christophe a changé la pompe à essence, il a remarqué que les connexions électriques étaient toutes corrodées. Et qu’il y avait plein de micro coupures un peu partout. On a pu poser l’hypothèse que les dernières pannes électriques (pompe, ampoules, feux) provenaient manifestement des nettoyages de cosses à chaque intervention, ce qui provoquait une remontée de tension dans le circuit. Pour la rigolade, après le retrait de ma centrale, le nettoyage des cosses électriques du réservoir (pleines de vert-de-gris) a fait griller mon ampoule de compteur, mais j’ai récupéré ma jauge à essence qui était farfelue depuis plusieurs mois. Magique !

Mais par contre...

  • Démarrage du premier coup de démarreur. Ce dernier est d’origine !
  • Embrayage en état tout à fait correct. Aucun patinage à l’accélération. D’origine !
  • Boite de vitesse sans à-coups, pas de faux points morts, pas de couinements, pas de sauts de rapport. D’origine !
  • Peu de consommation d’huile entre deux vidanges. 2 verres d’huile en ajout. Segmentation et soupapes d’origine !
  • Aucun jeu ni aucune fuite au pont et au cardan. D’origine !
  • Commodos, étriers, roulements de roues sont d’origine.
  • Tout le système d’échappement est d’origine. Je suis navré de voir qu’à la différence du R1100rt précédent, je n’ai perdu aucune chicane du silencieux et qu’elle fait le même bruit de 2cv du début.

Bref. Que dire !?

Elle vieillit, donc elle devient moins confortable et moins facile à conduire, mais reste dans le haut du panier côté conduite, malgré tout. Elle vieillit, mais vieillit bien. Elle a perdu quelques poneys (Petits chevaux) avec l’âge, je suis obligé de tirer un peu plus dans les tours pour conduire, mais cela reste très acceptable. Et quand elle est réglée, le couple est de nouveau là et permet la conduite classique du flat injecté. Avec quelques vibrations en plus.

J’ai toujours autant de plaisir à la conduire. Elle m’emmène d’un point A à un point B, chargé, en duo. Elle permet de me faufiler dans les embouteillages tout en écoutant la radio en ville. Je peux emmener Agnès dans un confort correct. Je peux mettre tout ce qu’il faut dans les valises, que ce soit pour mon travail ou mes courses du samedi (de temps en temps).

Et après ?

Autour de moi, j’ai pu glâné des kilométrages supérieurs pour cette moto. Je n’ai pas entendu 200 000, mais j’ai entendu 180 000. Sans gros soucis. Le hic est là ! L’utilisation que j’en ai me permet difficilement d’en être privé trop longtemps (j’habite loin de mon travail, de la boulangerie, de la gare SNCF, ...). Je sais qu’une panne importante et immobilisante (comme la pompe à essence), c’est plusieurs semaines de galère de train et voiture, de petites journées de taf et de galère pour le train.
Je commence à regarder les annonces. Dans l’idéal, je voudrais trouver un R100rt de 70000km max. Mais le marché est juste hallucinant sur ce modèle ! A ce kilométrage là, moto entretenue, c’est un tarif à 7000 euros !

Je croise les doigts pour que l’actuelle tienne le coup encore, le temps que mon pécule d’épargne monte (hum hum)...


17
septembre
2014
.: Comment sont assemblées les motos BMW ?

Comme cela...

Raahhh... C’est plus simple de monter un étrier sur la chaine de montage que dans ton garage !


31
juillet
2014
.: Promo des BMW GS (Costa Rica)

C’est un peu ce que je fais, mais sans la tente et sur une RT...

Excellent !


19
janvier
2014
.: Si j’ai roulé en japonaise, la preuve ! Mais pas longtemps !

Sisi... Dans l’ordre chronologique...

JPEG - 36.5 ko

Ma première moto fut une DTmx 125 (Photo originale). Achetée d’occasion, avant mon permis (je la regardais chaque soir !), j’ai eu la désagréable surprise un soir de me faire suivre par le VRAI proprio qui se l’était faite volée dans son garage un jour et qui l’avait reconnu. On s’est vu, il m’a indiqué les défauts qu’elle avait, puis m’a dit qu’il ne ferait rien contre moi (j’avais les papiers officiels et tout et tout) mais qu’il allait faire une visite au vendeur. Le plus gros trajet que j’ai fait avec elle est d’aller au Guilvinec pour des vacances, quelle épopée ! Elle ne dépassait pas 90km/h ! Je l’utilisais pour aller à Saint Nazaire toutes les semaines, puis un jour, elle s’est emballée devant mon garage, elle a serré. Fin de vie.

JPEG - 240.8 ko

La suivante a été une DTLC 125 (Photo originale). Refroidissement à air, toute neuve... Ouah... Le pied ! Je faisais Nantes Saint Nazaire toutes les semaines. Roullle ma poule ! Elle marchait super bien, entretien simple, moteur rigolo. Mais il était temps de passer à plus gros, ma probation était terminée !

JPEG - 251.4 ko

Après, on reste dans le monocylindre, mais plus grosse gamelle ! A l’époque, je lisais "moto crampons" et j’étais fan absolu du DR800 de chez Suzuki. Personne ne l’aimait, moi, j’adorais ! Alors, je me suis rabattu sur le DR 650 (Photo originale). Démarrage au kick, mono cylindre, les seules fantaisies avait été de mettre un saute vent et un garde boue avant pour faire plus "super motard". J’ai fait beaucoup de balades avec et je me suis surtout fait la main.

JPEG - 39.5 ko

Le changement fut brutal. La fin aussi. Je suis passé sur un K100rs (Photo originale), couleur RS1. Ma première BéhèMe (1991 !)... Un 4 cylindres qui, de l’avis de beaucoup, avait été "préparé" par son ancien propriétaire, mécano BMW d’Angers de son état. Bref. Avec le DR, j’étais le "jeune conducteur", avec elle, j’étais le "jeune motard".

JPEG - 49.1 ko

Balades, balades, concentr’, 24h du Mans, elle est allé à pleins d’endroits pendant les 6 mois que je l’ai eu, jusqu’au jour où je l’ai fracassé (avec moi dessus) contre un feu tricolore à cause d’un grillage de feu par ma droite, d’une voiture, à 2 km de chez moi. Tout le monde en l’air, moto éparpillé façon puzzle partout sur la place, moi en vrac, urgence, 2 jambes plâtrées pendant 3 mois. Moto passée en épave, car elle avait 10 ans et pourtant en parfait état. Pendant ma convalescence, je ne pensais qu’à remonter sur une moto. L’épave est allé se faire atteler sur un side car. Moi, j’ai recherché une béhème plus sage.

JPEG - 209.9 ko
JPEG - 417.1 ko

Plus sage ? J’ai tenté le 3 cylindres (C’est un de moins quand même). Et toute nue, sans carénage, comme cela, quand ça tombe... Le K75 de base... 75000 km dans les dents, pas un jeu aux soupapes, pas un boulon de travers ! increvable ! Tenue de route plutôt pas mal, un compromis entre la souplesse du 4 et la reprise du 2 cylindres, charge utile très intéressante. Bref, un compromis très intéressant qui ressemblait dans l’esprit, à "la moto des roules toujours" que BMW a incarné, mais qu’elle a laissé tombé selon moi ! Je l’ai revendu à mon voisin et ami d’enfance qui voulait quitter son XT600. Et il l’a planté au milieu des yeux d’un sanglier sur une route de campagne. Sanglier : 1, K75 : 0.

JPEG - 86.6 ko

Je suis retourné sur 4 pattes, water cooled... La K100LT (pas RT)... J’ai fait beaucoup de routes avec. Et elle possède les 3 plus beaux souvenirs de ma vie de jeunesse (Moins de 30 ans) : ma rencontre avec Agnès, mon voyage en irlande et l’un de mes voyages en Angleterre. En effet, j’ai connu Agnès à cette époque et elle a permis que je l’emmène lors d’une balade pendant laquelle... Cette moto m’a également transporté (tout seul) pendant 3 semaines en Irlande, avec moults bagages et moults pluies diluviennes, voire un peu d’humidité. Et puis, elle a permis de commencer ma vie professionnelle puisqu’elle m’a emmené dans mes rendez vous de travail aux Mutuelles de Loire Atlantique. Ce qui lui sera fatal puisqu’un jour, j’ai un cylindre qui a frotté un peu trop fort sa chemise et je n’ai pu qu’aller chez le concessionnaire sur 3 pattes, pour m’entendre dire "Euh... A 130000 Km, les frais vont dépasser la valeur de la moto"... Et donc...

JPEG - 180.9 ko

Je travaillais, je roulais beaucoup pour le travail, donc j’avais pas mal d’indemnités kilométriques. Je me suis fait plaisir et j’ai acheté un R1100rt (Edition limitée 75 ans de BMW). Là, la photo est la deuxième car la première était gris souris. Cela a été le deuxième coup de foudre de ma vie (après ma chérie). Purée, le bicylindre ! Mon premier ! Mais comment ai je pu vivre sans connaître cela !? En fait, juste, elle correspond parfaitement à l’esprit de ce que je me fais de "rouler en moto"... Rigolo, maniable, souple, puissante quand il faut, confortable, joueuse, protectrice, pas-pousse-au-crime-enfin-pas-trop, joueuse (je l’ai déjà dit, mais elle est très joueuse), avec un volume utile important. Je l’ai gardé 3 ans, lui mettant 100000 km dans la vue, je l’ai revendu à un motard parisien, un tout petit plus cher que ce qui me restait de crédit. Bonne affaire donc.

JPEG - 126.8 ko

J’ai voulu aller un cran plus loin dans le confort. Et j’ai acheté d’occasion une K1200LT (Photo originale). 4 cylindres, des coffres énormes, un confort de voiture, autoradio et CD, selles chauffantes, un pare brise, ... Bref, du confort, du confort, du confort. Mais au détriment de mon amusement. Et puis, était ce le modèle ou cette machine, je ne l’ai jamais eu fonctionnant en entier ! Toujours un truc en panne... Je l’ai gardé un an et demi, dont un an à tenter de la vendre. Jusqu’au jour où mon pot à casser en deux au niveau du collecteur.

BMW Rennes m’a sorti la facture, j’ai fait "argh !!" (2500 euros). J’ai zieuté dans le magasin, me suis fait reprendre le K12 contre une R1100rt bordeaux (voire plus haut). Et zoupla, le pied ! 112000 km plus tard (Je l’ai eu à 18000), elle m’a fait ce que font la plupart des bicylindres teutons : le jeu de l’axe de papillon droit (Panne connue). Achat d’un corps de papillon, mais en attendant, j’avais acheté ...

JPEG - 96.9 ko

... Un R1150rt ! (Photo originale) J’ai donc dans le garage la 1100 et la 1150. La 1100 est encore... à régler. Mais je roule tous les jours avec la R1150rt et si vous lisez mon blog, vous savez que je ne mens pas. Je suis tombé raide du bicylindre teuton et j’éprouve autant de plaisir sur un bicylindre culbuté qu’injecté. La sensation est différente, mais tout aussi agréable. La 1150 vient de dépasser ses 120000km, le moteur tourne rond, elle va aller se faire tripatouiller les freins bientôt.

Et après, qu’aurais je bien comme moto ?


22
novembre
2013
.: Si même BMW Motorrad s’y mets !

Je pensais (naïvement) que l’association "jeunes filles sexy" et motos auraient pu être réservés à une frange de la population motarde : mâle, aimant les sportives. Que nenni ! Même BMW s’y met lors du Salon de Milan !

Je suis déçu...


25
août
2013
.: 111111 km au compteur, malgré les différents ennuis, c’est beau ! #r1150rt

Sans bouffer d’huile ! A 5,5 de conso d’essence, sans perdre (trop) de poneys fiscaux...

J’ai fait un constat sévère il y a peu, mais qd même...


12
mars
2013
.: 90 ans en 90 secondes, joyeux anniversaire BMW !

Même si je peste après la baisse de qualité, selon moi, de la production teutonne due à une course à l’échalotte derrière les "bols de riz" et les "bouffeurs de poulet à la menthe", j’aime cette marque...

... pour tout ce que vous venez de voir !


19
février
2013
.: "BMW, la moto des roule-toujours" ? Laissez moi rire !
JPEG - 152.9 ko

Depuis mon permis en 1989, j’ai eu de nombreuses motos. Je les garde plusieurs années et ne subit que peu les modes. Raison évidente de mon choix de BMW comme ma marque fétiche depuis 1991 ! 22 ans de fidélité, c’est pas mal, surtout sur 23 ans de permis. Un article se prépare avec toutes mes motos à la suite... Séquence nostalgie ! Ceci dit, je trouve que la qualité des béhèmes part en quenouille... La course à l’échalotte commerciale dans laquelle la firme teutonne s’est lancée contre les anglaises, et même contre les "bols de riz" a, je trouve, été à l’encontre du maintien du haut niveau de qualité auquel nous étions habitués.

Sur la quinzaine de modèles différents que j’ai eu, il n’y a que les 3 dernières sur lesquelles j’ai eu des soucis indignes de BMW. Et que je les ai eu neuves ou en occasion, rien n’y fait, de petites pannes insignifiantes mais liées à la qualité des composants, ou pire, le cahier des charges en production.

Inventaire sur la dernière en main, l’actuelle, un R1150rt de 2005, acheté à 17000 km.

JPEG - 106.7 ko

Centrale ABS : Sur ce modèle, la centrale ABS est couplée avec l’assistance électrique au freinage. C’est très confort pour conduire, mais comme toute évolution électronique, quand cela tombe en passe, la douloureuse est là. Au début de l’été 2011, j’ai commencé à avoir des soucis de freinage à l’arrière, cela ne répondait pas très bien. Et la centrale ABS s’est mise en défaut peu de temps après... De temps en temps, j’avais un freinage hyper violent à l’avant [1], ou au contraire, il fallait tirer comme un ours pour avoir l’effet d’un freinage de solex. Sans compter qu’avec un freinage fort, l’ABS se déclenchait de façon étonnante puisque je faisais des bonds de kangourou... J’ai fait tester la centrale chez BMW qui m’a annoncé qu’il n’y avait... pas de défaut reconnu. J’ai demandé "c’est bien ?", et le mécano m’a dit "non, cela veut dire qu’elle est HS". 2500 euros pour la changer, soit le prix résiduel de la moto... L’ABS, je l’ai depuis le début de mes béhèmes et quand on consulte les forums, les avis sur la dernière génération est sans appel. Bref, maintenant, je m’y suis habitué, j’anticipe encore plus mes freinages en attendant que mon mécanologue trouve du temps pour me supprimer le circuit actuel et m’en remette un sans centrale ni assistance, un freinage normal quoi...

JPEG - 120 ko

Ce petit câble est connecté au coupe-contact sous le contacteur à clé au guidon. C’est ce qui fait qu’on peut démarrer la moto si on met la clé de contact. Pour l’histoire, j’allais à un salon en centre ville de Nantes et sur le trajet, j’avais des coupures de moteur. Je me disais "aie" quand sur le dernier rond point avant d’arriver, la moto a coupé toute l’électricité sans prévenir alors que j’étais sur l’angle. Le réflexe de débrayer m’a évité la chute et j’ai pu rejoindre le trottoir moteur allumé car elle était repartie dès qu’elle s’était redressée... Mmmm...

JPEG - 106.7 ko

Après 2 secondes de réflexion, m’appuyant sur mon empirisme en mécanique, j’ai vite identifié une coupure de câble électrique. Une analyse visuelle me permis de remarquer une entaille sur ce câble. Et une visite sur les forums béhèmistes m’a confirmé que c’était juste UNE PANNE IDENTIFIEE DEPUIS LONGTEMPS et remontée à BMW sans modification de cahier des charges en prod’. En effet, les serres-câbles sont trop serrés sur les chaines de montage, il n’y a donc pas assez de flexibilité dans le faisceau et ça tire, provoquant l’usure prématurée aux coudes. J’ai commandé le câble (100 euros !) et le chef d’atelier m’a juste confirmé que c’était identifié mais que rien ne se passait en Allemagne.

JPEG - 62.8 ko

Hublot de niveau d’huile : Ceci est le dessous du cylindre gauche. Ce n’est pas le cylindre dont je veux parler, même si on pourrait causer un peu de l’accessibilité de la deuxième bougie [2]. Bref. C’était le jour où je suis allé chez BM pour le test de la centrale ABS. Le chef d’atelier fait le tour de la moto, note le kilométrage, etc etc... Et me dit "Le hublot de niveau d’huile, faudra penser à le changer"... "Gouirp" lui répondis je en avalant (de travers) ma salive. Il m’explique que le hublot n’est plus en verre depuis quelques années, mais en plastique, et qu’avec la chaleur, il gonfle et pète... Donc là encore, on passe d’un truc pratique qui a fait ses preuves à un truc au rabais. D’une part, au bout d’un certain temps, le hublot n’est quasiment plus lisible, mais d’autre part, il gonfle et sort de son réceptacle. Pour une économie de bout de chandelle...

JPEG - 108.8 ko

Double effet kiss cool pour cette photo : D’une part, la commande de réglage de la hauteur du feu avant et d’autre part, la jauge d’essence.
Commençons par la manette de l’optique. En 80 000 Km, elle n’a jamais fonctionné correctement. Pourtant, ce système est presque aussi vieux que les motos BMW. Là, je tourne, cela ne fait rien. Je l’ai déjà démonté, remis d’équerre et cela a duré 15 jours. Crevure de réglage qui devrait me servir tous les jours puisque je roule à deux ou non, et que cela change régulièrement. Le réglage sur les K100 était simple : une manette avec 2 positions, comme le réglage de la selle. Moins précis, certes, mais plus robuste.
Pour la jauge à essence, depuis mes 95 000 km environ, elle est devenu folle. Sur la photo, elle est à moitié alors que j’ai fait le plein... Et elle va changer toute seule, monter, descendre. Inutile de préciser que je n’ai plus d’indication de réserve, bien entendu. Bon, là, juste, ça m’énerve...

JPEG - 84.5 ko

Le support d’ampoule de clignotant droit : je suis précis car à gauche, je n’ai pas le même soucis. Sur la R1100rt et la R1150rt, j’ai eu la même panne à peu de chose près au même kilométrage. Preuve que la panne est liée à la production et non l’usage. D’autant qu’à gauche, cela ne le fait pas [3]. Un jour, couic, clignotant à droite en berne, clignotement rapide des autres, symptôme de la panne. Je change l’ampoule, rien n’y fait. Je regarde le support. Rien d’apparent. Je le change et hop, cela fonctionne de nouveau. Ce petit truc à 15 euros crame pour une raison indéterminée, sachant que son schéma est assez simple. Simple à changer, mais panne étonnant.

JPEG - 23 ko

Ceci est le corps de la victime [4]. C’est le corps d’injection, ou le corps de papillon. Dans un gros tube costaud, on trouve le support d’injecteur et le papillon qui, selon le tirage de gaz, va s’ouvrir plus ou moins et permettre le mélange air/essence. Et le tout est conduit dans le cylindre. Dans le cas présent, la panne se déroule à droite. Je l’ai eu sur mon 1100rt, je l’ai en ce moment sur le 1150rt. L’axe du papillon prend du jeu avec les bornes (Cela arrive aux environ de 75000 km) et fait un cliquetis, léger au début et puis de plus en plus, pour prendre un vrai jeu et modifier le comportement au ralenti de la moto. Ce qui est navrant, c’est que c’est seulement le droit qui fait cela. Et la photo ici est un corps gauche, car il a le boitier de starter visible (La pièce noire). Et c’est ce boitier qui préserve le corps gauche car il maintient plus l’axe. Là encore, c’est repéré sur les forums d’utilisateurs et par BMW. C’est donc un défaut de cahier des charges, mais ils ne font rien. Peut être que mettre un boitier plastique fictif à 1 euros derrière l’axe du corps droit suffirait ?

En conclusion : j’aime passionnément ces deux modèles 11100rt et R1150rt. L’actuelle est la 3ième du modèle (2 R1100rt et 1 R1150rt).

JPEG - 124 ko

Cela fait plus de 10 ans que je roule sur ces modèles et j’ai totalisé plus de 300 000 km avec. Je peux donc dire que je suis un fidèle et que je parle en connaissance.
Et pourtant, je pense que je reviendrai à des flats culbutés quand je changerai de moto. Non pas que l’injection soit mauvaise, mais parce que je veux retrouver des bécanes sans électronique inutile et pouvant être dépannée par un mécano sans qu’il appelle sa mère, son assureur et son comptable pour me dire bonjour.
Je pense que BMW n’a plus dans son cahier des charges de constructeur la ligne de 100 000 Km. Je me rappelle qu’ à une époque, seules les Béhèmes avaient des compteurs kilométriques à 6 éléments, car la firme savait que ses utilisateurs dépassaient les 100 000 km avec leurs bécanes, que ce soit en 1ière, 2ième, 3ième ou Xième main... Quand j’achète mes motos, je les emmène loin, elles dépassent toutes 100 000. Mais il est vrai que le marché des motos a changé ces dernières années. Culturellement, on roule moins, on balade plus, on frime plus. Le prix de l’essence et les radars ont dissuadé une partie des motards de rouler autant qu’avant. Restent les gros rouleurs passionnés qui ont du rester sur culbutés ou passer à autre chose...

Je veux continuer sur BMW et revenir au source de ce qu’a fait la réputation de BMW : des motos fiables, hors normes, pour les amoureux de la conduite et de la belle mécanique. Et si possible, ma prochaine, je voudrais que cela soit ce modèle...

JPEG - 66.5 ko

Si vous en avez une à vendre...


7
novembre
2010
.: Continuons dans le conducteur décérébré !

Il y a quelques années, dans mon proche passé militant, j’ai eu à animer au mondial du 2 roues, un forum sur le « futur du 2 roues motorisés ». Et, entre autres, j’avais comme participant un journaliste de Moto Magazine et Monsieur Cavret, DG de BMW Motorrad France [5].
Propriétaire et utilisateur de BMW depuis environ 19 ans, j’étais content de rencontrer celui dont les mains contrôlaient en partie l’avenir de mon plaisir au guidon de la marque teutonne.
Loin de moi l’idée de revenir sur une politique commerciale étonnante, l’abandon du créneau historique du « roule toujours » et le retrait du côté « motard passion » au bénéfice du « motard pognon ». Passons... Non non non, mon courroux était ailleurs, et en l’occurrence, je me retrouvais bien seul sur le dossier, car mes petites camarades journalistes de Moto Magazine étaient plutôt en accord avec la tendance et donc, à l’inverse de mes propos.

L’objet du litige fait environ 1,5 cm, on en trouve 2 par moto et ils servent à contrôler en permanence la pression des pneus...
L’argument de Cavret et des journalistes est que c’est un élément de sécurité pour le conducteur, moi, je dis que c’est un élément de responsabilitstion. Eux disent qu’à défaut, la technologie pallie aux carrences humaines, moi, je dis qu’elles doivent des assistants et non des palliatifs déresponsabilisants. Je sais, je suis un vieux con, mais j’assume...

Bon, le débat passe, les années aussi, je maintiens mon idée. Et hier soir, je suivais une voiture dans un bourg, elle met son clignotant à gauche pour tourner dans la même rue que moi. Son clignotant s’arrête de clignoter mais elle vire méchamment à gauche pour rentrer dans une cour. Mon doigt dégaine et appuie vigoureusement sur le klaxon pour signifier un mécontentement autant que ma surprise.
Le conducteur, l’air étonné, m’insulte copieusement... Du moins, c’est comme cela que j’ai traduit les gestes et soubresauts de l’ombre que j’ai vu... :)

Et puis, quelques secondes après, j’ai réfléchi et je pense avoir compris ce qu’il s’est passé... Il a mis son clignotant, a tourné une première fois et le clignotant a rencontré la butée de retour, il s’est donc éteint, mais le conducteur avait déjà entrepris son changement de direction vers la cour, probablement en pensant que le clignotant clignotait toujours.

Qui n’a jamais pesté contre la butée des clignotants qui fait sauter le clignotant parce qu’on est juste dessus ? Qui n’a jamais eu à remettre le clignotant parce qu’il s’était arrêté avant la fin de la manœuvre ?
A l’inverse, qui n’a jamais pesté contre un clignotant oublié sur la voiture de devant pendant quelques centaines de mètres après le changement de direction, sans qu’on puisse savoir si il cherche sa route, si c’est un oubli, donc en hésitant à le doubler, tout faisant appel de phare et coups de klaxon ?

La faute à qui ? Le conducteur ou la « technologie qui pallie la carence du conducteur » ? Continuons à ne plus réfléchir sur la route, à utiliser ce genre de « gadgets » chers et aussi inutiles qu’abêtissants, et on arrivera à des véhicules avec un bouton ON/OFF qui se géreront tout seuls ! Déjà entre les essuies glaces automatiques, les phares automatiques, les contrôleurs de pression, les … Le conducteur a t il encore un cerveau ?

PS : Ne me parlez pas des outils qui seraient censés libérer le conducteur des tâches secondaires pour se focaliser sur la route ! Supprimons les cendriers, les autoradios et les passagers, on pourra en reparler... Regardez en moto !


page suivante

Notes

[1ce qui m’a surpris plusieurs fois, genre bloquage à l’effleurage de la poignée !

[2Eh oui, c’est un double allumage !

[3Et je ne sais pas pourquoi !

[4Pas le vrai, j’ai plus la photo du mien

[5BMW division moto pour les non germanophones

Recevoir mes bêtises par mail ?